Bienvenue, Visiteur
Vous devez vous enregistrer avant de pouvoir poster.

Nom d’utilisateur
  

Mot de passe
  





Rechercher dans les forums

(Recherche avancée)

Statistiques du Forum
» Membres : 770
» Dernier membre : maop
» Sujets du forum : 1 142
» Messages du forum : 24 833

Statistiques complètes

Utilisateurs en ligne
Il y a actuellement 26 utilisateurs connectés.
» 2 Membre(s) | 22 Visiteur(s)
Bing, Google, chewbee, geralano

Derniers sujets
Livraison a Domicile
Forum : Discussions Générales
Dernier message : elmadrileno312.0
11/08/2020, 20:27
» Réponses : 29
» Affichages : 473
Ouverture des frontières
Forum : News
Dernier message : Axl
11/08/2020, 16:01
» Réponses : 26
» Affichages : 561
farang lives matter
Forum : Discussions Générales
Dernier message : Axl
28/07/2020, 13:28
» Réponses : 10
» Affichages : 195
Angeles et Pattaya pour s...
Forum : Vos dates de séjour
Dernier message : moh2bruxelles
18/07/2020, 19:21
» Réponses : 3
» Affichages : 89
Repdom prise 7
Forum : Vos dates de séjour
Dernier message : un gros chat
18/07/2020, 17:04
» Réponses : 2
» Affichages : 57

 
  L'ambiance a Phuket
Posté par : tim - 05/07/2020, 20:59 - Forum : News - Pas de réponse



le pire c'est Kata et Karon, meme les 7-11 sont fermés

Imprimer cet élément

  Ouverture des frontières
Posté par : Axl - 24/06/2020, 09:43 - Forum : News - Réponses (26)

https://www.air-journal.fr/2020-06-24-re...m=facebook

L’Union européenne s’apprête à rouvrir ses frontières extérieures le 1er juillet, mais les Etats-Unis et le Brésil ne figurent pas sur la liste initiale des pays où les vols réguliers pourront reprendre normalement. Au contraire de la Chine et du Vietnam, où la pandémie de Covid-19 est à peu près sous contrôle.

L’UE devrait publier cette semaine les détails de son plan de réouverture des frontières extérieures au 1er juillet 2020, a priori vers une cinquantaine de pays « qui ont maîtrisé l’épidémie et pour lesquels on ne met pas en jeu la sécurité sanitaire des Français, des Européens », précisait la semaine dernière le secrétaire d’Etat français aux Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne. Selon le New York Times, les ébauches de listes toujours en négociations ne comportent pas les pays majeurs où la pandémie se poursuit : les touristes des Etats-Unis, du Brésil mais aussi de Russie ne pourraient pas revenir en Europe initialement, et par conséquent les vols vers ces destinations resteraient limités par les restrictions de voyage actuelles.

L’exclusion des USA ne serait pas une surprise : outre la recrudescence des cas de contamination observée ces derniers jours particulièrement dans le Sud, la maison Blanche a interdit depuis mars dernier l’entrée des Européens sur le territoire américain, justement au nom de la pandémie. Or la Commission européenne a été particulièrement claire dans ses recommandations pour la réouverture des frontières : les pays seront sélectionnés « conjointement par les États membres », sur la base d’un « ensemble de principes et de critères objectifs » dont la situation sanitaire et des considérations de réciprocité.


La nouvelle serait un mauvais coup pour les compagnies aériennes sur les deux rives de l’Atlantique. Air France, Delta Air Lines, Lufthansa ou American Airlines entre autres ont déjà annoncé des plans de reprise des vols transatlantiques, un des plus importants marchés au monde, notamment en été où de multiples liaisons saisonnières sont lancées vers et depuis des villes secondaires.

Bonne nouvelle a priori pour certains pays d’Asie : la Chine et le Vietnam feraient, selon le quotidien, partie des pays où les vols réguliers pourront être relancés. Les deux pays où la pandémie semble jugulée ont déjà connu une forte reprise du trafic intérieur. Cuba et l’Ouganda sont également mentionnés dans ces ébauches de listes.

Les officiels européens interrogés par le New York Times ont précisé que la liste publiée cette semaine sera de toute façon réévaluée tous les quinze jours. Et si cette liste finale ne peut être imposée aux 27 membres de l’UE (plus la Suisse, le Luxembourg, l’Islande et la Norvège), tout pays décidant de ne pas la respecter pourrait voir ses frontières avec le reste du continent refermées aussi vite…

Imprimer cet élément

  Pauvreté et famine
Posté par : Axl - 03/05/2020, 11:09 - Forum : News - Pas de réponse

https://www.liberation.fr/amphtml/planet...qzbd9Rbfyo

Des milliers de personnes, bloquées et privées de revenus, doivent s’en remettre aux distributions d’aide alimentaire et se disent prêtes à tout pour survivre.
La scène est devenue trop familière à Bangkok. Tous les après-midi, dans le quartier historique de Rattanakosin, de longues files de silhouettes masquées attendent, sous un soleil de plomb, que le camion décharge. Il est quatorze heures, il fait plus de 40 degrés, les volontaires se pressent, pour commencer au plus vite la distribution d’aide. Dans les sacs en plastique, un paquet de chips, un sachet de riz gluant, un carton de lait, une bouteille d’eau. Deux policiers s’assurent que tout se déroule dans le calme et incitent – en vain – à travers un haut-parleur à respecter les distances de sécurité.

Beaucoup portent des casquettes. Tout le monde baisse la tête, par honte et par crainte de reconnaître des amis ou des voisins dans la foule des nécessiteux. «Tous les jours, on voit arriver des centaines de personnes supplémentaires, raconte une des volontaires. En ce moment, les Thaïlandais modestes souffrent réellement de la faim.»


Ceux-là ne sont pas des habitués de la mendicité, mais des travailleurs du secteur informel, souvent liés au tourisme : des chauffeurs de taxi, des vendeurs de rue, du personnel des hôtels… A Pattaya, une cité balnéaire vivant essentiellement du tourisme, une distribution gratuite de petits-déjeuners a créé un attroupement de plusieurs milliers de personnes dès 4 heures du matin il y a quelques jours.

Natte et couvre-feu
Jay, un jeune musicien éduqué et anglophone, qui travaillait dans une guest-house de la célèbre rue Khao San, repère des voyageurs en sac à dos, raconte qu’il est à la rue, sans aucun revenu depuis les fermetures massives, avant de demander de l’aide. Il vient tous les jours prendre son sachet de nourriture et, pour boire de l’eau potable, il profite des distributeurs d’eau bouillante dans les supérettes : «Un mois que je ne bois que de l’eau chaude», raconte-t-il.

Le soir, il déroule une natte et se cherche un coin discret pour dormir dans une ruelle, en prenant garde à ne pas être vu par la police : un couvre-feu a été instauré entre dix heures du soir et quatre heures du matin, des SDF ont été verbalisés à Chiang Mai, dans le nord du pays.


A LIRE AUSSI:
Confinement: «contre la faim, aucune amende n’empêchera les gens de sortir»

A quelques mètres de la distribution, installés sur des trottoirs, certains tentent de vendre leurs effets personnels pour se faire un peu d’argent : des chaussures usagées, des vêtements d’enfants, des ventilateurs poussiéreux. Une vieille dame presque octogénaire pousse un chariot. Comme elle n’a rien à vendre, elle propose de collecter les objets des autres, de les vendre un peu plus loin dans d’autres quartiers, en échange d’une misérable commission.

Particulièrement vulnérables, les millions de travailleurs migrants, Birmans, Cambodgiens, Laotiens, qui n’ont pas pu ou pas voulu rentrer chez eux avant la fermeture des frontières, ne peuvent bénéficier d’aucune aide gouvernementale. Sur les sites d’annonces d’emploi, le désespoir se lit. Beaucoup sont disponibles à travailler quasi gratuitement en échange d’un toit et de nourriture. «Je suis prête à tout, je peux tout faire», écrit fébrilement Sothea Ly, une jeune Cambodgienne à la recherche d’heures de ménage.

Suicides et saturation
A bout, certains n’envisagent plus d’autre issue que la mort. Une quarantaine de suicides directement liés à la situation économique a été enregistrée depuis le mois de mars – contre une cinquantaine de morts du Covid –, un taux en hausse d’au moins 10%, selon les associations, par rapport à la moyenne, déjà la plus élevée de la région Asean (Asie du Sud-Est). Une mère qui ne parvenait plus à nourrir ses deux enfants en vendant des yaourts en porte-à-porte, un chauffeur de taxi qui venait de se voir refuser l’aide gouvernementale d’environ 120 euros aux plus pauvres…


Les services d’appels d’urgence pour les personnes en situation de détresse psychologique sont tous saturés. «On a reçu plus de plus de 600 appels ce mois-ci, raconte Satit Pitudecha de la cellule de crise du ministère de la Santé, contre une trentaine le mois précédent.»

Pour ajouter à la morosité ambiante, le gouvernement vient de prolonger l’interdiction de toute vente d’alcool pendant un mois supplémentaire. Certaines épiceries nocturnes vendent encore bien quelques bières sous le manteau, mais à prix gonflés. Beaucoup de Thaïlandais commencent à interroger ces mesures drastiques et leurs conséquences économiques et humaines, alors que l’épidémie stagne à des chiffres très bas (moins de 3 000 cas en tout, moins de dix nouvelles contaminations quotidiennes). Certes, l’interdiction de l’alcool reste un détail par rapport à la dureté de certaines situations, mais elle vient s’ajouter à la liste des récriminations d’une société qui semble parfois au bord de l’implosion.

Imprimer cet élément

  le groupe night wish donne des repas
Posté par : Axl - 20/04/2020, 15:09 - Forum : News - Réponses (18)

https://pattayaone.news/night-wish-has-e...kBurEzGbIo

Imprimer cet élément